/ #installation #outil 

L'histoire de la Butteuse

Je vais aujourd’hui vous conter l’histoire de la Butteuse, de sa réception en pièces détachées à sa première utilisation réussie…

L’inconvénient de construire ses outils, c’est que ça prend du temps ! Bon après le maraîcher vous dira qu’il y a aussi plein d’avantages… Alors une fois la commande reçue il faut la vérifier, et là les premiers problèmes apparaissent : il manque des tubes carrés, des fers plats… Je ne vais pas vous faire la liste ! Après quelques semaines (confinement oblige, tout va plus lentement) ces pièces arrivent enfin. Aller, il ne manque plus que 2 socs, la construction peut commencer.

D’abord il faut découper toutes les pièces à la bonne taille, et être perpendiculaire en 2 dimensions c’est beaucoup plus compliqué que sur la papier ! Il faut une certaine patience… Ensuite des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous. Sauf que quand il faut percer en 17, il ne faut pas oublier les pré-trous… Bon maintenant il n’y a plus qu’à assembler, enfin le problème de la soudure, c’est que ça prendre du temps, surtout qu’il faut placer tout un tas de serre-joints dans tous les sens pour être sûr que rien ne bouge. Mais après 2,5 jours intensifs de travail on a ça !

Butteuse

Ha oui, il restait deux petits bouts à meuler, ça fait de jolies étincelles (et ça troue les vêtements… je sais de quoi je parle). Bon, passons à l’étape peinture pour que ça brille, et ensuite l’assemblage. Ca y est après une semaine de travail, la butteuse est prête à passer à l’action ! Première essai vendredi soir, et … c’est la cata ! Ca ne va pas droit, elle marche en crabe !

Point info. Bon je me rends compte que pour les novices en maraichage, vous n’avez peut-être aucune idée d’à quoi sert une butteuse. Alors la butteuse, elle sert à monter les fameuses buttes (ça vous avez pu le deviner). Mais pourquoi faut-il des buttes ? En fait ces buttes vont un peu se tasser et cela deviendra les planches, planches sur lesquelles André pourra ensuite planter ses beaux plants. Mais ces planches seront légèrement surélevées nottamment pour que « la terre soit moins basse »… et accessoirement incorporer la matière organique et favoriser le ressuyage.

Revenons donc à notre histoire. Vendredi soir, petit tour sur internet pour comprendre d’où vient ce problème, et de façon assez logique nous comprenons que si l’outil n’est pas horizontal, il part en crabe, cela signifie qu’il faut d’abord monter une planche sur deux ; et ensuite on pourra monter les planches intermédiaires. Sauf que pour savoir où doit passer le tracteur, il faut tout mesurer (sachant qu’une planche fait 120 cm et une allée fait 45 cm, et que je dois mettre un piquet toutes les deux planches, quel écart dois-je laisser entre chaque piquets ?) et mettre des piquets, puis tendre une ficelle entre deux piquets pour que le tracteur aille bien droit… C’est donc mon travail pendant qu’André passe un dernier outil de préparation du sol : un cultivateur (ce sera un prochain point info).

Butteuse

Une fois ces ficelles bien tendues, le tracteur peut passer, et là, victoire !

Butteuse

Alors sur cette photo, on peut bien voir en plein milieu là où le tracteur n’est pas encore passé, donc la butte et les allées ne sont pas encore formés, mais des deux côtés vous pouvez voir les futures planches, presque prêtes à accueillir des légumes !

Butteuse

Un petit zoom sur la magnifique butte !

On va compter 45 minutes de tracteur pour monter un jardin de 15 planches, sachant qu’au total il y aura 18 jardins, ça vous donne un ordre d’idée du temps de travail. Mais bon pour le moment on a les deux premiers jardins qui sont prêts, et ça suffira pour les prochains jours. Prochaine étape, à mener en parallèle : l’irrigation et le montage de serre. Ça vous laisse deviner les sujets des prochains billets !

Je vous laisse pour finir avec André à la fin de la journée…

Butteuse