/ #préparation #printemps 

Grosses préparations de printemps

Après le premier broyage de printemps se sont succédées « quelques heures » de travail du sol afin de préparer les prochaines plantations.

Nous avons tout d’abord déchaumé l’engrais vert précédemment gyrobroyé. Pour ce faire, nous utilisons un rotavator. Cet outil est souvent utilisé pour une préparation finale du lit de semence. Il a alors pour inconvénient de créer une semelle de labour.

Engrais vert déchaumé au rotavator

Mais utilisé avec le tablier relevé (afin de ne pas briser les mottes) et une vitesse de rotation assez lente combinée à une avance assez rapide du tracteur, ça fait plutôt de bon travail :

Engrais vert incorporé à la butteuse à planche

Nous avons ensuite incorporé l’engrais vert avec la butteuse à planche. Le sol était presque trop sec (il n’a pas plu depuis plus d’un mois), mais après deux passages, le résultat était assez satisfaisant.

Planches buttées

Comme toujours, il faut passer la butteuse une planche sur deux afin de ne pas créer de dévers qui ferait partir le tracteur en crabe ! Afin de favoriser la décomposition de la matière organique, nous allons devoir installer l’irrigation et pas mal arroser. De plus, vu le travail assez grossier du gyrobroyeur, nous craignons que la décomposition soit trop lente, ce qui rendra plus difficile l’utilisation du vibroplanche par la suite (effet bulldozer).

Nous avons également butté les futures planches dédiées aux bandes fleuries, qui avaient également un engrais vert hivernant. Nous en avons aussi profité pour butter deux planches qui recevront sans doute des artichauts pour notre consommation personnelle :

Planches buttées

Ensuite, nous avons préparé les premières planches de melon. Il y avait pas mal de grosses mottes. Après un arrosage pour les humidifier, nous avons choisi de passer un coup de rotavator suivi d’un rouleau croskicage afin de rappuyer le sol « soufflé ». Une modification de notre rotavator est en cours d’étude afin de ne réaliser qu’un passage de tracteur dans ce genre de situation (ajout de disques à l’avant et d’un rouleau en fer déployé à l’arrière).

Planche préparée au rotavator et rouleau croskicage

Dans le carré des primeurs, deux passages de vibroplanche ont suffi, et nous avons également fertilisé tout le carré.

Planche préparée au vibroplanche

Après tout ce travail, le maraîcher commence à envisager beaucoup plus sereinement les prochaines plantations plein champ. Mais il reste encore beaucoup de pain sur la planche…