/ #récolte #hiver 

Gelée blanche

Oui, le 22 novembre est un dimanche, qui est censé être notre jour de repos ! En ce moment André a pas mal d’obligation le lundi, et donc la récolte est impossible à faire. Du coup le samedi c’est repos et le dimanche, c’est jour de récolte. En plus ça arrange bien André car je peux venir l’aider !

Ce dimanche matin, on arrive au hangar à 9 heures. Il fait froid, et nous avons sorti les vêtements d’hiver avec la quadruple épaisseur ! Parés pour la récolte. Le tracteur est rempli de cagette, descente au terrain.

Voici le spectacle qui nous attend : une belle gelée blanche ! Ça vous permet aussi de voir la nouvelle entrée du terrain, plus grande, et le magnifique tas de plastique. Je vous rassure, il a été enlevé depuis. Avec un peu d’appréhension, on avance jusqu’aux cultures afin de voir l’ampleur des dégâts.

geléeblanche

Oh, tout est gelé ! La récolte est donc impossible tant que le soleil n’a pas fait fondre cette gelée. À gauche vous avez le tunnel nantais sous lequel les laitues poussent, puis le reste de la mâche, et enfin les deux planches d’épinard. A droite, les poireaux. Bon, ben on ne va pas pouvoir récolter tout de suite…

geléeblanche

Un petit zoom sur la coriandre. C’est toujours très joli, mais ça ne va pas nous aider à récolter. Quel est le plan de secours en attendant que tout dégel ? Nous avons décidé de nous occuper du P30 justement. Point technique : le P30 est une couverture pour les légumes. Lorsque le rouleau arrive, il fait 100 mètres, il faut donc le couper à 30 mètres. Ça aide les légumes en plein champs à avoir plus chaud et donc à mieux pousser. Mais l’ambiance sous le P30 est plus humide, ce qui peut favoriser des maladies. Bref, il faut trouver le compromis entre quand les mettre, quand aérer… D’ailleurs le P30 n’est toujours pas en place depuis. Il faut dire que le temps était redevenu un peu plus chaud.

geléeblanche

Deux heures plus tard, le soleil a fait effet, on peut récolter. André a même fait tomber la doudoune et le pull ! Je vous présente donc la lame souleveuse. Le principe est assez simple, une lame passe sous les poireaux, ce qui permet de les déraciner beaucoup plus facilement. Ensuit il suffit de les tirer, et hop ils sortent presque tout seul (faut pas rêver quand même !). Par contre, depuis le 22 novembre, il a beaucoup plu, et le sol est devenu trop humide pour pouvoir la passer. Et avec la pluie annoncée pour la semaine prochaine, elle n’est pas prête de resservir. Une fois les poireaux arrachés, il faut encore les parer. Cela signifie couper les racines, le vert en trop, puis enlever une ou deux couches pour que ça brille.

geléeblanche

Finalement, la journée aura été magnifique, mais après 11 h ! Et voici donc un petit aperçu de notre récolte. On voit beaucoup de salade, mais ce jour-là il y avait aussi des poireaux, des épinards, de la mâche, des betteraves, des radis noirs, des navets et du chou rouge.

geléeblanche

Author

André

Prof de maths maraichère