À propos

Les jardins du Chapitre, c’est une ferme en maraichage biologique à la sortie de Carcassonne. Nous sommes certifiés agriculture biologique par Ecocert. Mais être en agriculture bio, ça veut dire quoi ? Pour nous, cela va bien plus loin que proscrire toute utilisation de produits chimiques de synthèse. Il s’agit, autant que possible, de créer un écosystème qui permette à la fois :

  • de produire sufisamment pour en vivre ;
  • de travailler dans de bonne conditions (physiques et psychologiques) ;
  • de préserver, voire d’augmenter la fertilité du sol en utilisant le moins d’intrants possible ;
  • de favoriser l’implantation d’auxiliaires de cultures permettant de réduire l’utilisations d’intrants.

Contrairement à une idée reçue, être en bio n’implique pas forcément de « ne pas traiter ». Lorsque cela s’avère nécessaire, et que toutes les autres dispositions ont été prises, mais ne suffisent pas, il faut parfois traiter − avec des produits autorisés par le cahier des charges de l’agriculture biologique, bien entendu.

Les engrais verts, base de la fertilité

Contrairement aux grandes cultures, les cultures maraichères laissent rarement beaucoup de résidus. Afin de compenser les exportations, et donc un bilan humique négatif, il existe plusieurs possibilités, dont l’apport de matière organique par les fumiers et composts.

Des rotations longues

Le parcellaire de notre ferme est découpé en 18 jardins de 15 planches. Toutes les planches font 30 mètre, ce qui facilite l’utilisation du matériel (irrigation, filets anti-insectes, couvertures thermiques P17 et P30, etc.). Chaque jardin constitue une unité de rotation. Les rotations se font donc sur 18 ans, avec environ la moitié des jardins dédiée à la culture d’engrais verts pluriannuels.

Une planche de culture reçoit au maximum deux cultures par an. Ce qui nous laisse le temps de cultiver des engrais verts, de préparer le sol, de faire des faux-semis, occultations et solarisations.

Des bandes fleuries pour la biodiversité utile

Chaque jardin est séparé par une bande fleurie, dont les espèces sont choisies notamment pour leur capacité à attirer et héberger des auxiliaires.

Un travail du sol adapté et raisonné

Les cultures sont conduites en planche permanente : les allées dans lesquelles passent les roues du tracteur (et nos pieds) sont fixées une bonne fois pour toutes, et ne sont travaillés que de façon superficielles afin de limiter l’enherbement.

Des outils autoconstruits

Un réseau de paysannes et paysans